Quel est vraiment le risque ?

Qui n’a pas entendu dire qu’écouter de la musique à un volume excessif peut entraîner de graves problèmes de santé ?

Peu de gens sont vraiment conscients du danger du bruit.

Lorsqu’il n’est pas très bruyant, il peut nous affecter légèrement en modifiant notre pression sanguine, notre digestion ou même provoquer un stress, car nos heures de sommeil sont réduites. Cependant, lorsque ce bruit devient très fort et de longue durée, il endommage l’audition, entraînant une perte d’audition ou la surdité. Les enfants sont souvent particulièrement touchés par les adultes et leur développement peut être entravé.

Pourquoi cela ?

À l’intérieur de l’oreille, nous avons quelques cellules appelées cellules ciliées qui, ensemble, forment le nerf auditif. Ces cellules recueillent les vibrations produites par les sons et transmettent des signaux électriques au cerveau, qui les analyse et identifie le type de son que nous entendons. Le problème survient lorsque, en raison de l’exposition à un bruit fort, le cerveau n’est pas capable d’identifier ce son.

Par conséquent, les personnes qui sont habituées à écouter de la musique très forte, en se rendant continuellement dans des endroits où le bruit est important, comme les discothèques ou les concerts, sont exposées au risque de lésions auditives prématurées. Il est important de noter que les effets du bruit sont cumulatifs et se manifesteront sur le long terme.

En ce sens, la santé auditive ne doit pas passer inaperçue, étant donné que ce sens est fondamental pour les activités humaines. Selon l’âge, ce bruit fort vous affecte d’une manière ou d’une autre.

Fœtus et bébés

Pendant la grossesse, l’exposition à un bruit fort peut augmenter le risque de problèmes auditifs et d’autres problèmes de santé pour le bébé. Même si nous ne pouvons pas l’entendre, il le fait de l’intérieur. Et pas seulement nos voix, mais toutes sortes de sons.

Cela signifie que nous devons prendre soin de l’audition du bébé, même depuis l’utérus, et ne pas l’exposer à des sons supérieurs à 100 décibels, car même s’il est protégé par l’utérus à hauteur de 30 %, une exposition prolongée au bruit peut affecter son système auditif et entraîner une perte d’audition, ainsi que modifier le cerveau au point d’influencer l’interprétation de la parole, ce qui entraîne une difficulté croissante à distinguer les sons de la parole.

Elle peut également augmenter les chances de la mère de donner naissance prématurément et d’avoir un bébé de faible poids à la naissance.

Enfants

Les enfants sont très vulnérables aux sons très forts parce qu’ils ne sont pas capables de les contrôler et qu’ils ne connaissent pas les risques qu’ils courent. Il a été démontré qu’un bruit ou une musique très fort peuvent affecter la croissance des jeunes enfants, ainsi qu’endommager la mémoire et rendre l’apprentissage difficile.

En plus d’affecter directement leur santé, le bruit entrave la communication par la parole, ce qui rend difficile la compréhension de nouveaux mots, ce qui rend l’apprentissage difficile. Elle interfère également avec la concentration et la mémoire.

Casque, oui ou non ?

Les bruits qui ont le plus d’effets négatifs sur les enfants sont ceux de leur environnement, c’est-à-dire la maison, l’école et l’environnement qui les entoure. Il faut encourager un environnement calme autour de l’enfant, en évitant de crier à la maison ou à l’école, et en vivant dans des endroits pas trop bruyants.

Les écouteurs sont un autre facteur très controversé qui cause des dommages à l’audition des enfants. Il est de plus en plus fréquent de voir les enfants, dès leur plus jeune âge, utiliser cet instrument pour écouter de la musique ou jouer. Le souci est que les enfants n’ont pas la capacité de monter et descendre le volume correctement. Le spécialiste souligne que les enfants qui sont assez mûrs pour le faire devraient les utiliser.

Par contre l’utilisation de casques de protection lors des concerts est recommandée, car elle permet de réduire le volume sonore et de le rendre moins nocif.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) déclare que les enfants ne doivent pas être exposés à des sons supérieurs à 85 décibels, car au-delà de ce niveau, ils peuvent provoquer une perte auditive.

Les jeunes et les adultes

On estime qu’environ 30 % des habitants de l’Union européenne sont exposés à un bruit quotidien supérieur à 55 décibels. Le principal problème est le manque de sensibilisation des jeunes aux problèmes de santé qu’ils peuvent causer.

Ainsi, les spécialistes mettent en garde contre les dangers de monter le volume de la musique lorsqu’on écoute au casque, et que le problème ne se situe pas dans le casque, mais dans la façon dont on l’utilise. L’utilisation d’un casque n’est pas négative en soi. Elle dépend du nombre d’heures d’utilisation et surtout de l’intensité. Cela reste quoi qu’il en soit moins dangereux que des écouteurs qui ne couvrent pas l’oreilles et ne limitent pas le bruit extérieur, forçant les utilisateurs à augmenter le son pour s’isoler. Il est donc plus intéressant d’utiliser un casque comme le Beyerdynamic DT 990 PRO que des écouteurs pour iPhone pour écouter de la musique durant le confinement.

L’OMS estime que 1,1 milliard de jeunes dans le monde pourraient être exposés à un risque de perte auditive en raison de pratiques auditives préjudiciables. Et que plus de 43 millions de personnes entre 12 et 35 ans souffrent d’une déficience auditive invalidante.

Mesures préventives

Pour toutes ces raisons, le bruit n’est qu’une autre forme de pollution de l’environnement, qui est actuellement au même niveau que la pollution de l’air ou de l’eau. Et comme pour toute chose, la société est la première responsable, et la seule qui ait la clé de la détermination à l’inverser.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.